Mélanger le mobile et l’immobile

En exterieur, Pose longue

Le soleil commence à se coucher tôt de ce côté ci de la terre… Et comme si ça ne suffisait pas on a même changé d’heure… Premier effet néfaste de tout ça : je m’apitoie sur mon sort et sur la météo… et ça c’est pas bien, je le reproche souvent aux gens en secret et là je fais pareil (et en plus sur ce blog visité par plus d’une personne sur 67 sur terre)…

Quoi qu’il en soit, voila une bonne raison de se mettre à la photo nocturne même si on est pas couche-tard.

Continuons donc avec cet article qui suit le précédent en restant dans le thème du trépied et de la créativité

Le trépied mon nouveau jouet ?

Et oui, après le manque de luminosité et une sordide histoire d’overdose au café, je me retrouve tremblant et transit, avec mon fidèle compagnon tripode à arpenter les rues illuminées de ma belle cité. Les municipalités étant bien souvent prévoyantes dans les grandes villes, les lumières de Noël retirées il y a deux mois à peine vont bientôt être de retour !

Noël c’est beau, c’est magique, c’est féérique comme une soirée avec Patrick Sébastien ! Profitons-en !

On va donc visser notre bel appareil sur un trépied fraichement déployé. Et vu qu’on a un trépied, le temps de pose n’est plus un problème mais peut-être bien une aubaine.

Une place même illuminée n’est pas forcement facile à rendre belle et/ou originale, dans mon cas j’ai donc choisi d’y mêler un peu de mouvement.

On s’installe, on vise, on mesure !

Je fais donc quelques essais de cadrage, tout en restant assez près des rails du tramway qui traversent la place Massena de Nice (mon immobile). Et oui, vous venez de le deviner c’est le tramway qui va être mon mobile (ne souhaitant pas vraiment commettre de crime il s’agit en fait de mon SUJET mobile).

Le mobile et l’immobile étant ensuite censé se mêler comme par magie dans un effet fantomatique caractéristique des photographies en pose longue.

Afin d’avoir un beau filé de lumière je vais devoir laisser mon appareil ouvert pendant plusieurs secondes.

Je vais faire une première photo pour mesurer la lumière avec les ISOs au plus bas afin d’avoir un temps de pose long et le minimum de bruit numérique.
Souhaitant également avoir un maximum de profondeur de champ, je vais régler mon ouverture au plus petit > f22…

Etant donné que c’est Noël dans un pays laïc et que l’électricité c’est gratuit (et pas polluant non plus), Monsieur le Maire a décidé de faire péter les Watts.

Je me retrouve  même avec les paramètres précédemment cités, face à une telle débauche énergétique, avec l’exposition suivante : 1/40s 100ISO f22… Un peu trop court pour mon filé de lumière tramwesque tant attendu.

On fait le point, on calcule, on re-teste…

C’est l’occasion rêvée d’utiliser un filtre ND (Neutral Density) !

Un filtre ND késako ?

C’est un filtre qui est gris, parfaitement gris et qui ne sert qu’à faire baisser la luminosité uniformément sur tout le cadre. Il en existe des plus ou moins foncés : ND2, ND4, ND400, etc…

Avec un ND4 on laisse passer 4 fois moins de lumière dans l’objectif, avec un ND400 : 400 fois moins.
Les filtres ND rendent le viseur très sombre, c’est pour cela que l’on fait la mesure d’exposition et la mise au point avant de le sortir et de le viser. A présent votre appareil va photographier à l’aveugle.

Je prends mon ND400 ; ayant 400 fois moins de lumière il va falloir pour une exposition correcte (ou du moins similaire à la précédente mesure) multiplier la quantité de lumière par 400 et donc dans notre cas : multiplier la durée d’exposition par 400.
1/40s x 400 = 10s
Et voila je vais l’avoir mon filé de lumière tramwesque !

On fait tout de même en petit test (au cas où l’on ait des lacunes en maths) en attendant le tramway histoire de ne pas se rater quand il sera là !

Si c’est bon : super ! Si c’est pas bon : il y a un problème quelques part… Mieux vaut recommencer à l’étape de mesure de l’exposition.

On patiente et on déclenche !

Reste plus qu’à attendre le tram’, évitez donc les horaires auxquels il ne passe que toutes les 30 minutes, un instant d’inattention et tout serait reporté d’une demi-heure.

Tramway en approche… Ding Ding… Clic ! Clac ! Et voila, la photo est prise !

Si c’est trop long on peut, par exemple, multiplier les ISO par 2 et donc diminuer le temps de pose par 2 : 200ISO et 5s

PS : A oui c’est vrai j’aurais aussi pu vous parler des belles couleurs de l’automne… peut-être une prochaine fois !

One Comment

  1. Posté le 25 novembre 2011

    As tu pensé à faire un forum afin de voir et conseiller ceux qui testent tes tutos ? Ca pourrait être intéressant :)

Une question, une remarque, une suggestion...

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>